Une ville aux mille visages

Narbonne

Retour à la liste
Comment y aller ?
Résultat de votre itinéraire

Formant un ensemble architectural unique, cette cité d’Art et d’Histoire prend aussi le temps de vivre, entre mer et canaux, au cœur du Parc Naturel régional de la Narbonnaise.

Plus grand port de l’empire romain après celui d’Ostie et cité archiépiscopale : Narbonne ne date pas d’aujourd’hui !

Monumental, son centre-ville est borné par les tours et les remparts d’un remarquable ensemble : le donjon Gilles Aycelin, la tour Saint-Martial, la cathédrale gothique Saint-Just et Saint-Pasteur et son cloître, le Palais des Archevêques et ses musées frôlant l’Horreum, unique grenier à céréales antique conservé dans le monde…

Sarcophages, mosaïques et statues antiques ont colonisé le musée archéologique, et un De romanité – en attendant l’ouverture du musée Narbo Via –, il est aussi question à Amphoralis, musée des potiers gallo-romains auquel mène le canal de Jonction bordé de pins parasols. Ne pas manquer les étangs sauvages de Bages et de Sigean puis la réserve naturelle de l’île Sainte-Lucie. Pas si vite !

Une marche arrière s’impose dans l’histoire, pour s’arrêter au XVIIe siècle, dans le petit village du Somail, avec son pont en dos d’âne, son auberge et sa glacière. Il faut embrayer ensuite avec l’abbaye cistercienne de Fontfroide, nimbée de garrigue et de vignes dans un vallon isolé des Corbières, partie du beau massif de la Clape. Saint-Pierre-la-mer, Narbonne-Plage, Gruissan… Voilà la plage. L’heure est venue de poser sa serviette sur le sable fin !

Partenaires du fond Européen
Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional
Pyrénées-Aure- Louron