Un rêve éveillé

Cordes et Cités médiévales

Retour à la liste
Comment y aller ?
Résultat de votre itinéraire

Oh temps suspend ton vol au-dessus de l’Albigeois. Voici l’une des plus anciennes bastides d’Occitanie. Un livre d’art à ciel ouvert, feuilleté par ses voisines : Vaour, Penne, Milhars…

Enroulée sur la crête rocheuse du Puech de Mordagne, Cordes-sur-Ciel la bien-nommée, s’escrime à tutoyer une mer de nuages que l’aube teinte de rose.

Depuis sa création par le comte de Toulouse en 1222, les hommes n’ont pas cessé d’en graver les pierres -bestiaire, signes jacquaires, symboles alchimistes, références cathares…- et d’en écrire l’histoire, retracée au musée Charles Portal.

Au temps de sa prospérité, du XIIIe au XVe siècles, de riches marchands lui ont légué de somptueux palais gothiques parmi lesquels la Maison du Grand Fauconnier occupée par le musée d’Art moderne et contemporain, la Maison du Grand Ecuyer. Celle du Grand Veneur, décorée d’étonnantes scènes de chasse… Ou la Maison Prunet, place de la Bride, offrant une vue sublime sur la vallée du Cérou. Pas à pas, dans une ambiance médiévale, renforcée mi-juillet, par les fêtes du Grand Fauconnier, le charme opère.

Cordes n’a t-elle pas conquis le cœur de grands auteurs, tel Camus ? Artistes et artisans d’art trouvent en ses murs, un climat tout aussi propice à la création. Et le promeneur, à la contemplation, assis au vert Jardin des Paradis, sur les dernières terrasses fortifiées de la cité, un croquant cordais à la bouche. Alentours, les Pays Cordais et de Vaour ont tissé une toile historique à laquelle s’accrochent des cités médiévales. Penne dominant les Gorges de l’Aveyron de son château forteresse, Vaour et son ancienne commanderie templière, le bourg castral de Milhars bâti en escargot, les ruines du château de Saint-Martin Laguépie…

Partenaires du fond Européen
Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional

Nos partenaires

Les Cévennes