Cœurs emblématiques

Rocamadour - Vallée de la Dordogne

Retour au Grand Site
Comment y aller ?
Résultat de votre itinéraire

Actualités

Toutes les actualites

Rocamadour

Agrippé à flanc de falaise dans une superposition vertigineuse de maisons et d’églises, ce village à l’architecture unique en France, couronné par un château, offre un spectacle grandiose !
Haut lieu de spiritualité, il attire des pèlerins depuis le XIIe siècle, époque où il connaît un essor exceptionnel.
Rocamadour est aujourd’hui une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, classé au patrimoine mondial de l’Unesco. L’escalier des pèlerins (216 marches !), mène au parvis des églises, où se regroupent sept églises ou chapelles. La chapelle Notre-Dame de Rocamadour, qui abrite la statue de la Vierge Noire vénérée depuis le XIIe siècle, est le cœur vibrant du sanctuaire.
La basilique Saint-Sauveur, bâtie sur l’église Saint-Amadour (crypte Saint-Amadour), est réputée pour son acoustique exceptionnelle. Chaque été, elle sert d’écrin aux concerts de musiciens de renommée internationale, à l’occasion du prestigieux Festival de Rocamadour (3 semaines en août, www.rocamadourfestival.com)

Informations pratiques

Bureaux d’accueil de l’Office de Tourisme Vallée de la Dordogne, dans la cité et à l’Hospitalet.
Tél. 05 65 33 22 00.
www.vallee-dordogne.com
Parkings de l’Hospitalet et du Château. Deux ascenseurs (cité-sanctuaire et sanctuaire-parking du château) facilitent la visite du site.

Gramat

Gramat s’organise autour de sa jolie halle en pierres et en briques du XIXe siècle.
Elle s’anime les jours de marché (mardi et vendredi matin), occasion idéale pour dénicher les meilleurs produits du Quercy.
Ses foires (2ème et 4ème jeudi de chaque mois) sont aussi réputées, surtout celles de la Toussaint (31 octobre) et du Nouvel an (31 décembre).

Gramat perpétue ainsi une longue tradition de foires, particulièrement florissantes au XIXe siècle grâce à l’arrivée du chemin de fer.
En 1880, la cité comptait 21 hôtels et auberges, des cabarets, des cafés. Bien plus tranquille aujourd’hui, elle dispose d’un intéressant patrimoine historique, comme la maison Varagnes (1603) et ses échauguettes, la tour de l’Horloge (XVIe siècle) ou l’orgue classé de l’église Saint-Pierre (XXe siècle).

Au parc animalier, à 2,5 km de la ville, une promenade ombragée de 2h permet de découvrir plus de 1000 animaux sauvages et domestiques des pays européens.

Informations pratiques

Bureau d’accueil de l’office de tourisme Vallée de la Dordogne, D807.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Parc animalier de Gramat ouvert toute l’année.
Tél. 05 65 38 81 22.
gramat-parc-animalier.com
10km au Sud-Est de Rocamadour par les D36 et D840.

Autoire

Avec ses maisons en pierres blondes couvertes de toits de tuiles pentus, ce village paisible lové au pied d’une falaise dégage une grande harmonie.
Classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », il offre une agréable balade entre maisons médiévales à pans de bois et à encorbellements et demeures cossues, comme le manoir de Colomb (XVIIe siècle), le château de Limargue flanqué de deux tourelles, le château de Busqueilles (XVIIe siècle) et son ravissant pigeonnier.
La visite révèle aussi l’église romane Saint-Pierre et Saint-Paul (XIe siècle), fortifiée au XVe siècle, d’où son aspect massif.

Autoire possède en outre deux points d’attraction majeurs. À commencer par la plus haute cascade du Lot, qui chute sur plus de 30m le long d’une falaise arborée. C’est depuis le point de vue de Siran qu’on la contemple sous son plus bel angle.
La Roque d’Autoire, forteresse semi-troglodytique édifiée au XIIIe siècle contre la falaise, servait de refuge et de dispositif défensif. Passée aux mains des Anglais pendant la guerre de Cent ans (1337-1453), elle est aussi appelée « Château des Anglais ».

Informations pratiques

Office de tourisme Vallée de la Dordogne.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com
22 km au Nord-Est de Rocamadour par les D673 et D38.

Loubressac

Ce village perché sur le rebord d’un plateau compte parmi les « Plus Beaux Villages de France ». Il livre plusieurs points de vue exceptionnels sur les vallées de la Dordogne, de la Cère, de la Bave, ainsi que sur les châteaux de Castelnau-Bretenoux, de Montal et sur les tours du château Saint-Laurent-les-Tours à Saint-Céré.
En flânant dans ses ruelles abondamment fleuries, bordées de maisons anciennes aux pierres ocre, on gagne facilement l’église Saint-Jean-Baptiste. Édifiée aux XIIIe et XVe siècles, elle arbore un très beau tympan sculpté où figurent un Christ en majesté et la scène de la Crucifixion.
Le château, imposante bâtisse qui se dresse sur l’éperon dominant Loubressac, combine différents styles allant du Moyen Age au XVIIIe siècle. Transformé en manoir au XIXe siècle, il est aujourd’hui une propriété privée et ne se visite pas.

Au pied du village, le superbe pont voûté de Maday (XIVe siècle) enjambe la Bave. Plus ancien pont de la région, il était autrefois emprunté par les pèlerins qui parcouraient le « Cami Roumieu » entre le Puy-en-Velay ou Clermont-Ferrand et Rocamadour.

Informations pratiques

Renseignements à l'Office de tourisme Vallée de la Dordogne.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com
Borne tactile informative place du Foirail.
21,5 km au Nord-Est de Rocamadour par la D673.

Saint-Céré

Cette petite cité vivante regorge de belles demeures médiévales, comme les maisons à pans de bois et à encorbellements de la charmante place du Mercadial, dont l’harmonieuse maison dite des Consuls (XVIe siècle).
Saint-Céré est aussi connue pour ses canaux, créés en 1611 pour diviser le cours de la Bave et prévenir les inondations. La plupart sont aujourd’hui couverts, excepté le plus important d’entre eux qui traverse la ville, enjambé par des ponts et des passerelles fleuries.
Le château de Saint-Laurent-les-Tours, pourvu de deux hautes tours (XIIe et XIVe siècle, enchanta l’artiste Jean-Lurçat qui s’y établi en 1945. Peintre et céramiste, il doit sa notoriété à la tapisserie dont il a redéfini le langage au XXe siècle. Son ancienne demeure, reconvertie en musée, offre une plongée dans son intimité et donne l’occasion d’admirer ses œuvres et quelques-unes de ses tapisseries aux teintes chatoyantes.

Informations pratiques

Bureau d’accueil de l’office de tourisme Vallée de la Dordogne, 13 avenue François de Maynard.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Atelier-musée Jean Lurçat ouvert en avril-septembre, le mardi-dimanche : 10h30-12h30 et 14h30-18h30.
Fermé 1er mai.

Tarifs : 4€, 12-26 ans 2€, gratuit pour les moins de 12 ans.
Tél. 05 65 38 28 21.
28 km au Nord-Est de Rocamadour par la D673.

Bretenoux

Dans cette bastide du XIIIe siècle, baignée par les eaux de la Cère, de belles maisons anciennes, dont certaines à pans de bois, ponctuent la balade et l’église Sainte-Catherine vaut une halte pour contempler une vierge du XVe siècle.

L’île de la Bourgnatelle, îlot de verdure que l’on atteint en longeant la Cère, offre un agréable but de promenade.
À Prudhomat (2,5 km de Bretenoux), le château de Castelnau-Bretenoux, imposante forteresse médiévale affublée de tours et de tourelles, se détache sur un décor splendide de vallons verts et boisés. Édifié à partir du XIIIe siècle, dévasté par un incendie en 1851, il doit sa survie à Jean Moulierat (1858-1932), artiste lyrique qui a consacré une partie de sa vie à le restaurer.
Du sommet de la tour d’artillerie, la vue sur les environs est exceptionnelle ! Les appartements encore meublés de Jean Moulierat se visitent et l’aile Est de l’édifice abrite une remarquable collection de sculptures, dont des chapiteaux historiés du XIIe siècle.

Informations pratiques

Office de tourisme Vallée de la Dordogne.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Château de Castelnau-Bretenoux.
Ouvert toute l’année.
Tél. 05 65 10 98 00.
castelnau-bretenoux.fr
28,5 km au Nord-Est de Rocamadour par les D673, D807 et D940.

Carennac

Carennac, l’un des « Plus Beaux Villages de France », regroupe ses jolies maisons sur une terrasse rocheuse, en surplomb de la Dordogne.
Le village s’est développé autour d’un prieuré clunisien (XIe siècle). De cette période subsistent l’église Saint-Pierre (XI-XIIe siècle), au porche orné d’un splendide tympan sculpté, et un cloître, dont la salle capitulaire renferme une remarquable Mise au tombeau.

Ravagé par la guerre de Cent ans, le village est restauré à partir du XVe siècle et s’imprègne du style Renaissance.
Le château des Doyens, édifié à cette époque, en est un bel exemple avec ses lucarnes sculptées et ses tourelles d’angle. Il abrite aujourd’hui l’espace patrimoine du pays d’art et d’histoire Causses et Vallée de la Dordogne.
En été, des expositions d’artistes locaux sont organisées dans le cloître (ancien réfectoire des moines) et la chapelle Notre-Dame.

Informations pratiques

Bureau d’accueil de l’office de tourisme Vallée de la Dordogne, Cour du Prieuré.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Église Saint-Pierre ouverte tous les jours 9h-20h.
Cloître ouvert vacances printemps-juin et septembre - vacances Toussaint tous les jours 10h-12h30 et 14h-18h (fermé dimanche matin).
Juillet-août tous les jours 9h30-13h et 14h-19h.

Tarifs : 3€, gratuit pour les moins de 14 ans.
22 km au Nord-Est de Rocamadour par les D673 et D20.

Martel

Martel s’est enrichie à partir du XIIe siècle grâce au commerce et aux nombreux pèlerins en route vers Rocamadour qui y faisaient étape.
Un beau patrimoine bâti témoigne encore de ces heures fastes, comme le palais de la Raymondie (XIIIe-XIVe siècle) ou encore le tympan sculpté (XIIe siècle) de l’église Saint-Maur.
Au XIXe siècle, Martel prospère grâce au commerce de la truffe. Héritage de cette époque, un marché primé aux truffes se tient en janvier sous la splendide halle (XIXe siècle), qui abrite aussi le marché hebdomadaire de produits locaux (mercredi et samedi matin).

Une balade dans l’ancien train à vapeur, le « Truffadou », rappelle le temps où, dans l’entre-deux guerres, les truffes quittaient Martel par voie ferrée.
Ce voyage de 13 km réserve des vues de toute beauté sur la vallée de la Dordogne. À Martel, on est aussi surpris par la multitude de tours qui surgissent des toits de la vieille ville. Sept d’entre elles sont particulièrement remarquables, d’où son surnom de « Ville aux sept tours ».

Informations pratiques

Bureau d’accueil de l’office de tourisme Vallée de la Dordogne, Cour de la Raymondie.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Train à vapeur de Martel.
Ouvert avril-novembre.
Tél. 05 65 37 35 81.
trainduhautquercy.info
21,5 km au Nord de Rocamadour par les D673 et D840.

Souillac

Le cœur médiéval de Souillac se découvre à pied et possède un véritable bijou : l’église abbatiale Sainte-Marie, vestige d’une vaste abbaye bénédictine du XIIe siècle, restaurée au XVIIe siècle.
C’est à l’intérieur, sur les pourtours du portail, que se révèlent des chefs-d’œuvre de l’art roman du XIIe siècle. En particulier, un pilier en pierre où s’enchevêtrent personnages et animaux fantastiques et, à côté, une statue représentant le prophète Isaïe semblant entamer une danse.

Souillac, baptisée la « Ville aux sept viaducs », doit aussi sa notoriété à ses nombreux ponts et viaducs, dont le plus récent, situé sur l’A20, offre un panorama splendide sur la cité et les méandres de la Dordogne.
Le musée de l’Automate apporte une belle touche de fantaisie à la visite, avec une collection unique en Europe de plus de 300 automates des XIXe et XXe siècles.
On y est surtout conquis par les scènes dédiées aux vitrines des grands magasins parisiens, comme celle de la pêche sous-marine, réalisée d’après des dessins d’Albert Dubout.

Informations pratiques

Bureau d’accueil de l’office de tourisme Vallée de la Dordogne, boulevard LJ Malvy.
Tél. 05 65 33 22 00.
vallee-dordogne.com

Musée de l’Automate, Ouvert avril-octobre.
Tél. 05 65 37 07 07.
musee-automate.fr
21,5 km au Nord-Ouest de Rocamadour par les D673 et D820.

Partenaires du fond Européen
Projet cofinancé par le Fonds européen de développement régional